DELPHI

Le détecteur DELPHI a été équipé de 20 sous-détecteurs et des systèmes évolués pour détecter des particules de courte durée de vie

DELPHI était l’un des quatre détecteurs du Grand collisionneur électron-positon (LEP). Sa conception et sa construction ont duré sept ans, et son exploitation a commencé en 1989. En décembre 2000, DELPHI a cessé de recueillir des données et a été démonté pour permettre de construire le Grand collisionneur de hadrons (LHC) dans le tunnel du LEP.

DELPHI se composait d’un cylindre central équipé de 20 sous-détecteurs et de deux bouchons externes, pesait 3 500 tonnes et mesurait 10 mètres de long et 10 mètres de diamètre. À l’intérieur, un grand aimant supraconducteur était disposé entre un calorimètre électromagnétique (qui détectait les électrons) et un calorimètre hadronique (qui détectait les hadrons). L’aimant générait un champ magnétique qui déviait la trajectoire des particules chargées pour permettre la mesure de leur charge et de leur impulsion.

DELPHI utilisait la technique du détecteur Tchérenkov à focalisation annulaire pour déterminer les différents types de particules chargées secondaires, et son détecteur au silicium détectait les particules à durée de vie brève par une extrapolation de la trajectoire remontant jusqu’au point de collision.

La collaboration DELPHI comptait environ 550 physiciens issus de 56 universités et instituts de 22 pays.

Pour en savoir plus :

View in English