Une semaine importante pour le LHC et pour l’intégrité

Avatar

La grande nouvelle de la semaine a été bien sûr le lancement de la deuxième campagne d’exploitation du LHC. Une fois le court-circuit à la terre résolu dans le secteur 3-4, le 31 mars, tout s’est passé en douceur ; le dimanche de Pâques, la réunion du matin au Centre de contrôle du CERN confirmait que tout était prêt pour l’injection du premier faisceau dans la machine. La réunion s’est terminée vers 9 h 45 et, à 10 h 41, le faisceau antihoraire accomplissait son premier circuit complet dans l’anneau. À 12 h 27, c’était au tour du faisceau horaire d’en faire de même.

Un enthousiasme palpable régnait au Centre de contrôle, et la fluidité des opérations faisait presque oublier qu’il s’agissait bel et bien du premier faisceau dans le LHC depuis deux ans. Entre-temps, le LHC avait fait l'objet de modifications importantes ; la remise en service de la machine n'avait donc rien d'anodin, et le fait que tout se soit si bien passé doit être mis au crédit de l’ensemble des équipes. Durant les deux prochains mois, on procédera à une remise en service minutieuse avec faisceau, avant les premières collisions à 13 TeV prévues fin mai- début juin.

Il est de coutume au CERN de sabler le champagne pour célébrer les grands événements du Laboratoire. Ceux et celles qui ont suivi le blog en direct tout au long de la journée ont toutefois pu remarquer que l’on avait cette fois-ci quelque peu dérogé à la tradition : pas de champagne en ce dimanche de Pâques, mais, il faut l’avouer, beaucoup d’œufs en chocolat. Et, étant donné l’heure relativement matinale, c'est peut-être aussi bien ainsi !

Dans un tout autre registre, je voudrais évoquer un autre sujet à l’honneur cette semaine : notre nouvelle politique relative aux conflits d’intérêts. Vous a-t-on déjà demandé de participer à un comité de sélection alors qu’un membre de votre famille était candidat ? Ou est-il déjà arrivé qu’un fournisseur potentiel vous offre des billets pour un événement sportif ? Si c'est le cas, vous avez dû vous rendre compte que participer à ce comité, ou accepter ce cadeau, aurait créé une situation de conflit d’intérêts, portant atteinte à l'une des valeurs essentielles du CERN : l’intégrité.

Les exemples que je viens de donner sont des situations manifestes de conflit d’intérêts. Mais qu’en serait-il si la personne qui se présente pour le poste est une ancienne connaissance, ou si c’est une boîte de chocolats que l’on vous offre ? Ce sont des situations que nous pourrions tous connaître un jour, et il n’est pas toujours facile de savoir si elles représentent ou non un conflit d’intérêt. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre en place une politique relative à la prévention et à la gestion des conflits d'intérêts, venant compléter la politique en matière de lutte contre la fraude adoptée en 2013.

Tout comme la politique en matière de lutte contre la fraude, cette nouvelle politique s’applique à quiconque agit au nom du CERN : membres du personnel, contractants, consultants ou toute personne participant à des activités liées au CERN. Cette politique se veut éducative, en nous aidant à reconnaître les situations de conflit d’intérêts dans lesquelles nous sommes susceptibles de nous trouver, afin que nous disposions d’un cadre clair pour le signalement, l’examen et la résolution de ces situations. En termes simples, chaque fois que vous vous demandez s’il y a une situation de conflit d’intérêts, informez-en votre superviseur, et il sera alors possible de définir une voie à suivre. La confidentialité est assurée, et des sanctions disciplinaires ne seront prises que dans les cas où une situation de conflit d’intérêts a été délibérément dissimulée.

La politique relative aux conflits d’intérêts, adoptée par la Direction cette semaine, peut être consultée en ligne dans son intégralité. Je vous encourage vivement à vous familiariser avec elle, afin de nous aider à préserver, non seulement l’intégrité de cette Organisation, mais également la vôtre.