Des élèves philippins et indiens gagnent BL4S 2018

Capture d’écran de la vidéo de l’une des équipes gagnantes. (Image : Cryptic Ontics)

Des élèves du secondaire venant de l'École internationale de Manille, aux Philippines, et de la R.N. Podar School de Mumbai (Inde) sont les gagnants de l'édition 2018 du concours Ligne de faisceau pour les écoles. En septembre, ils réaliseront au CERN, avec de vrais chercheurs, les expériences qu'ils ont proposées.

Ce concours organisé par le CERN est ouvert aux élèves du secondaire, partout dans le monde, souhaitant faire une première expérience de la vie d'une équipe de recherche. Pas moins de 195 équipes ont participé cette année, contre 180 en 2017. Sur toute sa durée d'existence, le concours a été tenté par plus de 1500 élèves issus de 42 pays. Les équipes doivent soumettre une proposition écrite, ainsi qu'une vidéo, expliquant comment elles envisagent d'utiliser une ligne de faisceau au CERN pour étudier un problème de physique particulier.

Des experts du CERN évaluent les propositions en prenant en compte la créativité, la motivation, la faisabilité et la méthodologie scientifique ; cette année, ils ont présélectionné trente équipes. Toutes les équipes présélectionnées recevront un détecteur de rayons cosmiques appelé Cosmic Pi. Les juges ont eu du mal à départager les participants, mais se sont finalement prononcés pour Beamcats (Philippines) et Cryptic Ontics (Inde). Parmi les équipes présélectionnées, certaines ont proposé des projets d'une qualité exceptionnelle et ne sont pas passées loin de la victoire. Il s'agit des équipes suivantes : Club de Física Enrico Fermi (Espagne), Dubai College Raiders of the Lost Quark (Émirats arabes unis), ITU Bee (Turquie), Lahore Grammar School Johar Town (Pakistan), PAPRAD - Plastic Absorption of Proton Radiation (Suède), Relativity Clock (Iran), Stalking Particles (Bangladesh) et The Strong Force (Afique du Sud).

L'équipe des Philippines, constituée de trois filles et de trois garçons, proposait d'utiliser des particules appelées pions pour la thérapie du cancer. Il s'agit d'employer, pour simuler des tissus humains, des matériaux qui en sont proches par leur composition, et de mesurer la perte d'énergie (dite pic de Bragg) subie par le faisceau traversant ces matériaux. L'utilisation de particules subatomiques, au lieu de rayons X, pour une radiothérapie contre le cancer, suscite de plus en plus d'intérêt, car cette technique est potentiellement moins destructrice pour les tissus sains environnant la tumeur. Le CERN a d'ailleurs participé activement à une étude de conception collaborative qui a été à l'origine de deux des centres de thérapie par protons et par ions carbone en Europe : Le CNAO, en Italie, et MedAustron, en Autriche.

La vidéo envoyée par l'équipe “Beamcats” de l'école internationale de Manille aux Philippines

« Notre projet est le résultat d'un travail acharné et de beaucoup de persévérance, et nous trouvons absolument extraordinaire que nos mentors au CERN aient reconnu cette qualité dans notre équipe et notre proposition, s'exclame Charvie Yadav, de l'équipe Beamcats. C'est tellement formidable pour moi de pouvoir vivre cette expérience. J'espère que ce concours inspirera d'autres jeunes dans le monde entier ! »

L'équipe de l'Inde est constituée de neuf filles et de neuf garçons. Un groupe de neuf élèves de cette équipe se rendra au CERN pour étudier la déflexion des protons et des électrons dans un champ magnétique. En étudiant l'interaction entre les particules chargées et un champ magnétique dans le laboratoire, l'équipe espère découvrir des éléments concernant les anomalies dans le champ magnétique terrestre en fonction de la variation du taux de détection des rayons cosmiques.

La vidéo envoyée par l'équipe “Cryptic Ontics” de l'école R.N. Podar School à Mumbai, en Inde

« Le fait d'avoir gagné ce concours va non seulement nous aider dans nos études et notre travail, mais aussi nous apprendre à mieux connaître nos camarades et à travailler en équipe. J'ai hâte de me rendre au CERN, pour apprendre et me développer », déclare Satchit Chatterjui, de l'équipe Cryptic Ontics.

C'est la première fois que le concours est remporté par deux équipes asiatiques. Lors d'éditions précédentes, des élèves originaires des Pays-Bas, de Grèce, d'Italie (deux fois), d'Afrique du Sud, de Pologne, du Royaume-Uni et du Canada avaient été choisis pour réaliser leurs expériences au Laboratoire.

Le concours Ligne de faisceau pour les écoles a été lancé en 2014, à l’occasion du 60e anniversaire du CERN. « Cette année, il s'est avéré particulièrement difficile de sélectionner deux équipes gagnantes. Un grand nombre des équipes participantes auraient amplement mérité d'être invitées à venir au CERN pour réaliser leur expérience. Nous saluons le travail et les efforts entrepris par toutes les équipes qui ont concouru, et nous espérons que les enseignants seront encore plus nombreux à l'avenir à encourager leurs élèves à se lancer dans cette aventure extraordinaire »,déclare Sarah Aretz, responsable du projet Ligne de faisceau pour les écoles.

Le concours Ligne de faisceau pour les écoles est un projet éducatif et de sensibilisation soutenu par la Fondation CERN & Société, qui reçoit des dons de particuliers, de fondations et d’entreprises. En 2018, le projet est en partie financé par la Fondation Arconic, mais également par la Fondation Motorola Solutions, Amgen, ainsi que le Fonds Ernest Solvay, géré par la Fondation Roi Baudouin.

Les accélérateurs du CERN entreront à la fin de l'année dans une période de deux ans de maintenance et d'amélioration, ce qui veut dire qu'il n'y aura pas de faisceau. C'est pourquoi le CERN s'est associé au centre de recherche DESY, à Hambourg, qui est le laboratoire national allemand pour la physique des particules, la science s'appuyant sur les accélérateurs et l'étude des photons, afin de pouvoir continuer le projet Ligne de faisceau pour les écoles pendant l'arrêt. C'est à DESY que les lauréats de l'édition 2019 réaliseront leurs expériences.

Pour en savoir plus :