View in

English

Un bruit qui court… toujours en 2016 !

Ce 10 mars 2016, en France, se tient la 19e campagne d’information et de prévention dans le domaine de l’audition.

Un bruit qui court… toujours en 2016 !

Tout type de population… tous âges… tout le temps…
Nous vivons de plus en plus dans des environnements sonores : télévision, casque audio, transport, machines au travail, loisirs. Les spécialistes de la santé affirment que toutes ces expositions régulières seraient à l’origine de l’apparition de plus en plus précoce de maladies liées au bruit (acouphène, surdité, etc). Ce risque touche tout le monde, aussi bien au travail qu’à la maison, et autant les jeunes que les moins jeunes. Le bruit fait partie de notre quotidien et nous n’y prêtons plus vraiment attention.

Nos oreilles… un mécanisme fragile…
Notre capacité auditive repose sur un mécanisme fragile, pouvant être dégradé et, la plupart du temps, irréparable. Au sein de l’oreille interne sont présentes des cellules ciliées servant à transmettre les informations à notre cerveau. Ces cellules se détériorent normalement avec le temps, mais encore plus rapidement sous l’effet de bruits intenses ou répétés… jusqu’à devenir inopérantes. Les cellules ne se renouvellent pas ; les effets sont irréversibles. À ce jour, il n’y a pas de traitement médical. Comme pour tout autre sens, une perte auditive entraîne des conséquences négatives sur la vie sociale et professionnelle.

La population du CERN à l’image de la société…
L’OMS (Organisation mondiale de la santé) estime que 16 % de la population mondiale souffre de problèmes d’audition. En juillet 2015, une campagne de dépistage des déficiences auditives a été effectuée au Service médical du CERN. Sur 68 personnes contrôlées, 13 présentaient un audiogramme anormal : 19 % ! Toutes les tranches d’âges étaient concernées : aussi bien les 18-30 ans que les plus de 40 ans.

23 % des personnes contrôlées estimaient être exposées à des niveaux sonores importants dans le cadre de leur travail. 43 % des personnes contrôlées confirmaient être exposées dans le cadre de leur vie privée, notamment en raison de la pratique et surtout de l’écoute de musique (certaines d’entre elles cumulant avec l’exposition au travail).

Toutefois, environ un tiers pensait ne pas être particulièrement exposé.

Prévention… des gestes simples
Au quotidien, dans la vie privée comme au travail, limiter les expositions à des bruits intenses ou répétés, et ce, dès le plus jeune âge, semble être l’approche souhaitable… mais ce n’est pas si évident. Dans le cadre de cette journée de l’audition, le CERN vous propose de :

  • tester vos connaissances via un questionnaire (sous forme de sets de tables aux restaurants ou de dépliants dans les cafétérias) ;
  • faire contrôler votre audition (audiogramme) en vous rendant à l’infirmerie du CERN* ;
  • faire évaluer le bruit à votre poste ou lieu de travail, ou encore pour des activités particulières, en contactant les spécialistes de l’unité HSE (HSE-bruit@cern.ch)* ;
  • suivre la formation sur le bruit disponible dans le catalogue du CERN*.


Enfin et dès que possible, au quotidien, et même s’il y a un « bruit qui court… », essayons de nous aménager des pauses auditives : des moments avec peu de bruit.


*Service disponible toute l’année.