Performances au sommet pour le LHC

Le LHC atteint des performances record : luminosité, nombre de paquets de protons et temps de vie du faisceau inédits. (Photo: Maximilien Brice)

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) tourne à plein régime et fait tomber ses propres records les uns après les autres. Record de luminosité, record de paquets de protons dans la machine, record de durée de vie pour un faisceau...

Quelque 2076 paquets de 120 milliards de protons tournent actuellement dans chaque sens de l’anneau. Fin juin, des faisceaux ont été maintenus pendant 37 heures dans l’accélérateur ! Mais l’indicateur essentiel pour les opérateurs est la luminosité, qui mesure le nombre de collisions susceptibles de se produire en un temps donné. Le 29 juin, les 1034cm-2s-1 de luminosité instantanée étaient dépassés (nombre de collisions susceptibles de se produire par seconde et par unité de surface). Si ce chiffre reste obscur pour le commun des mortels, il fait la fierté des opérateurs du LHC. Cette performance était en effet l’objectif ultime défini par les concepteurs de la grande machine !

Résultat : c’est l’avalanche de données dans les expériences. « En ce moment, nous fournissons une luminosité intégrée de 2 femtobarns inverses de données par semaine », se félicite Jorg Wenninger, responsable de l’équipe des opérateurs du LHC. Le femtobarn inverse (fb-1) est l’unité de mesure de la luminosité intégrée qui indique le nombre cumulé de collisions possibles. Un femtobarn inverse correspond à environ 80 millions de millions de collisions. 

Ce graphique montre la luminosité intégrée délivrée aux expériences ATLAS et CMS en 2011, 2012, 2015 et 2016. La luminosité intégrée permet de mesurer le nombre de données délivrées aux expériences et s'exprime en femtobarns inverses. Un femtobarn inverse correspond à environ 80 millions de millions de collisions.

Ce mercredi, les expériences ATLAS et CMS, qui récoltent le plus de données du LHC, ont passé la barre des 10 femtobarns inverses (fb-1) de luminosité intégrée pour l’année 2016. L’objectif pour 2016 étant de parvenir à 25 fb-1.

Avec ces échantillons importants de données, c’est l’effervescence dans les expériences. Les physiciens alimentent leurs analyses et préparent activement leurs résultats. Le prochain objectif est de présenter les premiers résultats de la récolte  2016 à la conférence ICHEP 2016, qui se déroulera début août à Chicago aux Etats-Unis.