Marie Skłodowska-Curie, plus vivante que jamais

Il y a exactement 150 ans, le 7 novembre 1867, naissait à Varsovie (Pologne) Marie Skłodowska, aujourd’hui connue sous le nom de Marie Skłodowska-Curie. Un siècle et demi plus tard, ce nom est non seulement associé à une grande figure de la science et à deux prix Nobel, mais il représente également toute une communauté de scientifiques européens : les boursiers Marie Skłodowska-Curie.

Créées en 1990 par la Commission européenne, les bourses Marie Skłodowska-Curie ont déjà bénéficié à plus de 100 000 chercheurs, à tous les stades de carrière (du doctorant au chercheur chevronné). Ce programme vise avant tout à promouvoir la mobilité internationale et intersectorielle et l'excellence en matière de recherche, dans tous les domaines.

Depuis 2004, le programme Marie Skłodowska-Curie a déjà permis à plus de 490 boursiers de venir se former au CERN, en général pour une période de deux ans. Actuellement, 134 d’entre eux travaillent au sein des différents départements du Laboratoire.

L’objectif du programme Marie Skłodowska-Curie s’inscrit parfaitement dans la mission de formation du CERN. Plusieurs centaines d’étudiants, de doctorants et de post-doctorants ont en effet déjà profité de l’environnement scientifique exceptionnel qu’offre le CERN et du savoir-faire de ses chercheurs, et ce, notamment grâce au programme Marie Skłodowska-Curie. Un succès dont serait sans doute fière Marie Skłodowska-Curie elle-même.

 

______________________________________

Le programme Marie Skłodowska-Curie à travers les yeux de ses boursiers

 

Alessandra Gnecchi est boursière Marie Skłodowska-Curie dans le Département de physique théorique du CERN depuis avril 2017. Elle travaille actuellement sur les trous noirs dans le cadre des théories supersymétriques.

Alessandra Gnecchi. (Image : Julien Ordan/CERN)

 

« Marie Curie était la première femme de science renommée de l'histoire contemporaine, et, à ce titre, la première scientifique à laquelle des jeunes filles pouvaient s'identifier. J'ai une affection toute particulière pour elle. Quand j'ai lu "Madame Curie" dans les années 1990, j'étais une jeune fille. Ce livre m'a incitée à devenir une scientifique.

Aujourd'hui, le programme de bourses Marie Skłodowska-Curie permet aux scientifiques d'étudier plusieurs sujets de recherche, ce qui est très important. Le bénéficiaire d'une bourse Marie Skłodowska-Curie a su rédiger une ambitieuse proposition scientifique. Grâce à cette bourse, ma carrière pourra être plus riche et visible. C'est à moi maintenant de mettre à profit la chance qui m'a été donnée. »

 

 

 

Roberto Cardella. (Image : Julien Ordan/CERN)

Roberto Cardella est boursier Marie Skłodowska-Curie dans le Département de physique expérimentale du CERN depuis septembre 2016. Il travaille actuellement sur l'amélioration du trajectographe interne de l'expérience ATLAS.

« Ma bourse Marie Skłodowska-Curie entre dans le cadre d'un réseau de formation innovante (ITN) appelé STREAM. Le groupe dont je fais partie compte aujourd'hui 17 boursiers, qui travaillent sur des sujets connexes dans toute l'Europe. Travailler sur un sujet novateur et collaborer avec d'autres étudiants est très inspirant.

Ce programme est un tremplin pour ma carrière. Faire partie d'un réseau de formation m'a déjà permis de prendre contact avec de nombreuses institutions partout en Europe. J'apprends beaucoup de mes collègues, ici au CERN, et les rencontres périodiques avec les autres étudiants et partenaires de STREAM me permettent d'élargir ma connaissance du domaine. » 

 

 

 

Anna Stakia. (Image : Sophia Bennett/CERN)

Anna Stakia est boursière Marie Skłodowska-Curie dans le Département de physique expérimentale du CERN depuis mai 2016. Elle travaille actuellement sur la recherche d'une nouvelle physique et sur l'apprentissage automatique.

« Marie Skłodowska-Curie est incontestablement l'une des figures les plus éminentes de la physique et de la science en général. C'est un honneur de participer au programme qui porte son nom, et une immense source d'inspiration personnelle.

À mes yeux, le plus grand atout du programme de bourses Marie Skłodowska-Curie est d'offrir à ses bénéficiaires un grand choix de formations et d'options académiques. Il permet ainsi de sortir d'un cadre académique parfois trop strict. Une telle souplesse rend plus productives les interactions des étudiants avec les chercheurs, l'environnement de travail dans des pays étrangers, mais aussi avec d'autres étudiants. Elle favorise la collaboration, élargit leurs horizons de recherche, accélère l'avancement de leurs projets et donne de l'élan à leur carrière. »

 

______________________________________

Aujourd’hui, à l’occasion des 150 ans de la naissance de Marie Skłodowska-Curie, le CERN, l’Université de Liverpool et l’Université Louis-et-Maximilien de Munich organisent une série d’événements pour la communauté scientifique et le grand public. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’événement.

Pour suivre les présentations en direct, rendez-vous ici.

Pour aller plus loin, lisez l'article paru en juillet sur la visite au CERN de la petite-fille de Marie Curie.