ATLAS Collaboration Members in Discussion
A group of ATLAS physicists in the Ohio State University office discussing a proton collision event display. (Image: CERN)
CMS
Techniciens au travail à l'intérieur du détecteur de l'expérience CMS en 2008 (Image : CERN)

La coopération entre les états, les universités et les scientifiques est le moteur de la recherche menée au CERN.

Depuis 2017, plus de 17500 personnes issues du monde entier travaillent ensemble pour repousser les limites du savoir. Les membres du personnel du CERN, au nombre de 2500 environ, participent à la conception, à la construction et à l'exploitation de l'infrastructure de recherche. Ils contribuent également à la préparation et à l’exploitation des expériences, ainsi qu’à l'analyse des données recueillies pour une vaste communauté d’utilisateurs, comprenant plus de 12200 scientifiques de 110 nationalités, issus d'instituts de plus de 70 pays.

Biographies

Directrice générale
Directeur des accélérateurs et de la technologie
Directeur de la recherche et de l’informatique
Directrice des relations internationales
Directeur des finances et des ressources humaines
Computer Centre 2017
Computer Centre 2017 (Image: CERN)
J'ai beaucoup appris lors de ma formation au CERN — et pas seulement sur le plan technique. Ici, j'ai eu le courage d'entreprendre l'impossible, et de réussir. J’ai vécu l’un des demi-siècles les plus passionnants de la physique des particules. Aujourd’hui, en biologie, biomédecine ou dans le secteur pharmaceutique, on rencontre les mêmes problèmes lorsque l’on intègre les technologies de l’information à la recherche expérimentale. Au CERN, j’ai appris à répondre à quelques questions de base qui peuvent s’appliquer à tout : À quoi cela peut-il servir ? Pourquoi en avons-nous besoin ? Est-ce que cela va fonctionner ? En fait, si vous produisez quelque chose d’utile qui fonctionne, dites-vous que ce sera sans nul doute salué et adopté.

Paolo Zanella a rejoint le CERN au sein du groupe Informatique en 1962, à peine trois ans après l’arrivée du premier ordinateur. Il a ensuite pris la tête de la division Traitement de données, dont il est resté le chef pendant 13 ans, avant de devenir professeur à l’Université de Genève.