De jeunes chercheurs se transforment en innovateurs

Présentation du projet d'une des trois équipes (Image: CERN)

En début d'année, des équipes des programmes Grand collisionneur de hadrons à haute luminosité (HL-LHC) et Futur collisionneur circulaire (FCC) ont organisé pour la première fois un cours dans le domaine de l'innovation à l'intention de jeunes scientifiques se trouvant dans leur dernière année d'association avec le CERN. Élaboré en collaboration avec IdeaSquare et le groupe Transfert de connaissances (KT) du CERN, ce cours était destiné à donner aux participants un aperçu des perspectives de carrière qui s’offriront à eux à l'issue de leurs travaux scientifiques au CERN.

Au moyen d'outils d'apprentissage pratiques, ils ont pu examiner diverses possibilités d’application de technologies faisant l'objet d'un transfert de connaissances, ainsi que des pratiques de réflexion conceptuelle, afin de penser comme des innovateurs et de développer leur propre projet d'entreprise. Dix-neuf idées créatives ont été lancées durant le cours, et, finalement, trois équipes ont été constituées pour les trois projets sélectionnés. Après plusieurs semaines de travail intensif, le cours s'est achevé le 21 mars par une présentation finale.

Le premier projet – CERN rides – est une application de covoiturage destinée à la communauté du CERN. Partant du constat que de nombreuses personnes viennent travailler au CERN avec leur propre véhicule, l'équipe a estimé que cette application de covoiturage permettrait d'économiser jusqu'à 1,5 tonne de carburant par jour et neuf jours de travail par an pour les personnes qui utilisent leur propre voiture. De plus, cette solution contribuerait à remédier au manque de places de parking et aux problèmes liés au transports publics. Plus de 80 % des Cernois pourraient profiter de ce service. Marta Alcaide, la chef de projet, compte achever le développement de l'application au cours des 18 prochains mois et aider ainsi à résoudre les problèmes de déplacements depuis et vers le CERN.

Le deuxième projet – Green Disc Brake System – est une autre proposition créative consistant à mettre au point pour les freins à disque un dispositif durable visant à piéger les particules nocives émises au moment du freinage. En effet, les systèmes de freinage traditionnels émettent six fois plus de particules nocives que les pots d'échappement, ce qui augmente la pollution atmosphérique et conduit à des taux élevés de maladies des poumons. Fonctionnant comme un piège et un filtre, ce système permettrait non seulement d'améliorer la qualité de l'air des villes, mais également de collecter et recycler des métaux lourds et rares. L'équipe, dirigée par Alessio D’Andrea, a déjà construit un prototype du système et envisage de le tester prochainement sur des véhicules du CERN.

Le troisième projet – Kinesis – est un appareil portatif d’exercice physique basé sur la résistance, équipé d'un système de captage de l'énergie. Il s'agit d'une unité moteur dotée d'un microcontrôleur qui, lorsqu'il est mis en place, généralement sur la jambe, est capable de produire de l'énergie à partir de l'exécution de mouvements simples. Le dispositif pourrait être utilisé pour résoudre des problèmes liés à la sédentarité, à une capacité de mouvement limitée ou à l'atrophie musculaire dans l'espace, ou simplement pour alimenter une technologie portative. Manuele Narduzzi et son équipe envisagent à présent de développer des prototypes d'un système qui soit simple, écologique et sûr d'utilisation.

Suscitant une grande curiosité de la part du public, les présentations ont été prometteuses et les jeunes scientifiques espèrent que leur projet pourra se concrétiser. Lucio Rossi, chef du projet HL-LHC, a décerné les diplômes et félicité l'ensemble des participants pour leurs idées créatives et leur travail intense. Des discussions passionnées sur les perspectives et les enjeux d’un tel événement ont ouvert la voie à de nouvelles rencontres et à de futures collaborations au CERN.