View in

English

Une chanson d'amour pour la physique

Howie Day s'est rendu au CERN pour chanter la parodie de son tube Collide, sorti en 2004

Une chanson d'amour pour la physique

Le chanteur Howie Day a enregistré une parodie de son titre Collide au CERN (image : Noemi Caraban Gonzalez/CERN)

Un matin, en tournée, Howie Day, auteur-compositeur-interprète, était assis à la table d'un café de Denver, lorsqu'il vit dans ses notifications Twitter que le CERN avait partagé une parodie de son titre « Collide », chantée du point de vue d'un proton dans le Grand collisionneur de hadrons (LHC). Après quelques échanges sur Twitter, il décida d'enregistrer lui-même la parodie et de réaliser sa vidéo (que vous pouvez regarder ci-dessous) à l'occasion d'une visite au CERN.

C'est Sarah Charley, responsable de la communication pour les États-Unis sur les expériences LHC, qui avait eu l'idée de cette parodie, et l'a réalisée avec l'aide de Jesse Heilman, étudiant de l'Université de Californie à Riverside, ainsi que de Tom Perry et Laser Seymour Kaplan, étudiants de l'Université du Wisconsin à Madison.

Jesse Heilman, actuellement postdoctorant à l'Université Carleton, explique pourquoi ils ont vu en cette chanson un moyen de toucher des personnes hors du milieu universitaire.

« On est tous dans les sciences depuis tellement longtemps qu'on en oublie comment parler normalement. Il est important, pour les universités et pour les chercheurs, de trouver de nouvelles manières de communiquer sur ce que nous faisons, car nous le faisons pour la collectivité. », souligne-t-il.

« Il y a un moment dans la chanson d'origine où l'émotion devient plus forte, poursuit-il. Howie Day chante "I’ve found I’m scared to know, I’m always on your mind" (je me suis rendu compte que j'ai peur de savoir que tu penses toujours à moi). Nous avons utilisé ce moment pour exprimer les espoirs et les craintes des expérimentateurs de chercher des indices qu'ils ne trouveront peut-être jamais. »

« Nous sommes tous des expérimentateurs, donc nous sommes tous à la recherche de quelque chose », ajoute-t-il. « La théorie de la supersymétrie, qui suscite depuis si longtemps l'enthousiasme général, ne semble plus si probable à bon nombre d'entre nous, car nous avons déjà écarté une bonne partie de l'espace de phase. C'est un peu comme chercher une baleine blanche. D'où les paroles choisies pour ce passage "Can SUSY still be found? " (Trouvera-t-on encore une preuve de la supersymétrie ?) : c'est notre appel lancé désespérément à la physique. »

« J'étais flatté, et j'ai trouvé la vidéo assez drôle », confie Howie Day lorsqu'il a vu la parodie pour la première fois. « J'ai tout de suite retweeté et j'ai envoyé directement un message pour demander si une visite était possible. Je me suis dit : ça fait un long voyage, mais pourquoi pas ? » Au CERN, Howie Day a tourné son propre clip pour la parodie de sa chanson.

Le chanteur, qui raconte avoir toujours été fasciné par le « pourquoi » des choses, connaissait le CERN avant ce projet, mais n'avait qu'une vague idée de ce que l'on y faisait. C'est seulement lorsqu'il est arrivé que tout a commencé à devenir concret.

« L'ampleur même du site est déjà incroyable, mais les gens qui y travaillent sont tout aussi extraordinaires, raconte-t-il. Durant tout mon séjour, je me suis senti à la fois complètement dépassé par les événements et privilégié d'être là. Ça a été une expérience fabuleuse de travailler à l'endroit où sont faites les plus grandes découvertes scientifiques de notre époque. »

(Video: Noemi Caraban Gonzalez/CERN)

Extrait d'un article plus long publié dans Symmetry magazine, disponible en entier ici (en anglais). Regardez la vidéo de la parodie originale.