View in

English

Alexander Polyakov remporte le prix Physique fondamentale

Le prix Physique fondamentale, d’un montant de 3 millions de dollars des États-Unis, a été attribué hier soir au théoricien Alexander Polyakov

|

Alexander Polyakov remporte le prix Physique fondamentale

Alexander Polyakov, lauréat du prix Frontières de la physique 2013, lors de la cérémonie de remise des prix de la Fondation pour la Physique fondamentale, à Genève (Suisse) (Image : Harold Cunningham/Getty)

Le prix Physique fondamentale, d’un montant de 3 millions de dollars des États-Unis, a été attribué hier soir au théoricien Alexander Polyakov, de l’Université de Princeton, pour ses nombreuses découvertes dans le domaine de la théorie des champs et de la théorie des cordes.

Alexander Polyakov a été choisi parmi les cinq lauréats du prix Frontières de la physique, qui récompense des réalisations repoussant les limites de la physique. Il a remercié chaleureusement l’Université de Princeton ainsi que l’institut Landau de Moscou, où il a travaillé auparavant, d'avoir « toléré sa manière excentrique » de faire de la physique.

Parmi ses nombreuses découvertes dans le domaine de la physique théorique, on citera notamment l’autocohérence conforme (bootstrap conforme), les monopôles magnétiques, les instantons, le confinement et déconfinement, la quantification des cordes en dimensions non critiques et la dualité jauge/cordes.

À l'occasion d'une cérémonie qui a eu lieu hier soir à Genève (Suisse), Alexander Polyakov s’est dit « surpris et très ému » de recevoir ce prix.

L’investisseur russe Youri Milner a créé en juillet dernier la Fondation pour le prix Physique fondamentale, dotée d’une fortune de 27 millions de dollars des États-Unis, dans le but de distinguer des avancées majeures dans le domaine de la physique. La fondation remet chaque année une récompense de 3 millions de dollars des États-Unis à des chercheurs en physique fondamentale, qui sont ensuite invités à sélectionner les lauréats des éditions suivantes.

En savoir plus dans la revue Symmetry (en anglais)