View in

English

Le boson de Higgs, un an plus tard

Dans la première année après la découverte du boson de Higgs, les physiciens du ATLAS et CMS ont étudié les propriétés de la nouvelle particule

|

Le boson de Higgs, un an plus tard

Simulation d'une collision de particules dans laquelle un boson de Higgs est produit (Image: Lucas Taylor/CMS)

Il y a un an aujourd'hui, les physiciens et physiciennes des expériences ATLAS et CMS annonçaient fièrement la découverte d'un nouveau boson ressemblant étrangement au boson de Higgs.

Après avoir commencé à évaluer soigneusement toutes ses propriétés, les collaborations ont confirmé en mars cette année que la nouvelle particule détectée était bel et bien un boson de Higgs.

« Les efforts menant à sa découverte l'an dernier peuvent être comparés à un sprint de 100 mètres. Et maintenant, nous entrons plutôt un long marathon pour vérifier toutes ses propriétés dans leurs moindres détails afin de pouvoir faire la différence entre plusieurs théories», a déclaré Sergio Bertolucci, directeur de la recherche et de l'informatique au CERN.

Les physicien-ne-s du CERN qui travaillent sur le boson de Higgs ont passé la dernière année à vérifier les différentes façons de produire le nouveau boson, ses multiples modes de désintégration, son spin et sa parité.

Jusqu’à présent, ces vérifications ont toutes confirmé que cette particule est compatible avec le boson de Higgs prédit par le Modèle standard, une théorie qui décrit les particules fondamentales de la matière et la façon dont ces particules interagissent entre elles.

« Pour moi, c’est extraordinaire de voir la précision du Modèle standard, Tout est absolument consistent. C’est une réussite époustouflante pour la théorie » déclare Nazila Mahmoudi, une théoricienne du CERN.

Cependant, étant donné les marges d’erreurs expérimentales de tous ces tests, il est encore trop tôt pour se prononcer sur les autres possibilités. Par exemple, certaines variantes d’une théorie appelée supersymétrie prédisent qu’il y aurait non pas un mais cinq bosons de Higgs et le nouveau boson pourrait alors être le plus léger des cinq.

On travaille en ce moment à compléter l’analyse de toutes les données produites jusqu'ici par le Grand collisionneur de hadrons (LHC). Plus de données seront disponibles en 2015 lorsque le LHC redémarrera après le vaste programme de consolidation en cours. Restez à l’écoute : la conférence de la Société européenne de physique débutera le 18 juillet à Stockholm et plusieurs nouveaux résultats y seront présentés.