View in

English

La conférence SCINT fête ses 25 ans

Du 18 au 22 septembre a eu lieu la conférence SCINT 2017 sur les scintillateurs et leurs applications

|

La conférence SCINT fête ses 25 ans

Les participants de la première École d’été SCINT sur les scintillateurs et leurs applications à Chamonix. (Photo : SCINT organising committee)

Vingt-cinq ans après son lancement, la conférence SCINT revient sur la terre qui l’a vue naître. Lancée en 1992 par Paul Lecoq, alors porte-parole de la toute nouvelle collaboration Crystal Clear (expérience RD18), SCINT réunit tous les deux ans plus de 200 experts – théoriciens, ingénieurs, industriels et utilisateurs – de la scintillation et de ses applications. Cette année, pour sa 14e édition, c’est donc à Chamonix que SCINT a posé son quart de siècle.

Les scintillateurs sont utilisés dans de nombreux domaines : physique nucléaire et des hautes énergies, astrophysique, imagerie médicale, contrôle non-destructif, dispositifs de sécurité, etc. Sous forme de cristaux ou de fibres, ils convertissent les radiations de haute énergie en pulsations de lumière et permettent ainsi de détecter la présence d’un rayonnement ionisant et d’obtenir des informations sur son énergie, sa trajectoire et sa nature.

Pour son édition 2017, l’événement a accueilli 273 participants, parmi lesquels de nombreux producteurs de cristaux scintillateurs et spécialistes de la détection, venus présenter leurs dernières innovations sur 18 stands industriels, et échanger avec les chercheurs lors d’un après-midi réservé à cet effet.

Depuis ses débuts, SCINT a été le témoin et le moteur d’importantes avancées dans le domaine de la scintillation, aussi bien dans le milieu universitaire qu’industriel. Dès 1992, en effet, les propriétés de scintillation du tungstate de plomb (PbWO4) étaient présentées, et ce, pour la première fois. Ce matériau fut ensuite adopté par les expériences CMS et ALICE du LHC. Cette même année fut également annoncée la découverte de l’oxyorthosilicate de lutécium dopé au cérium (LSO), qui est aujourd’hui le cristal de référence pour les scanners de tomographie par émission de positons (TEP).

« Les échanges qui ont lieu à SCINT entre spécialistes de différents domaines sont un des points forts de la conférence, souligne Etiennette Auffray, porte-parole de la collaboration Crystal Clear et présidente de la conférence SCINT 2017. Ils ont conduit à d’importantes avancées dans la compréhension des mécanismes de scintillation et le développement de nouveaux matériaux et dispositifs novateurs, et ont contribué à renforcer le transfert technologique entre la physique des hautes énergies et des domaines d’application aussi éloignés que l’imagerie médicale, le contrôle de processus industriels et la sécurité et la non-prolifération nucléaire. »

Actuellement, les membres de la collaboration Crystal Clear participent à plusieurs projets européens, parmi lesquels Intelum (un projet Marie Skłodowska-Curie RISE), ASCIMAT (un projet Twinning) et FAST (COST Action). « Grâce à COST TD1401 : FAST (Fast Advanced Scintillator Timing) et au projet ASCIMAT, nous avons pu soutenir la participation de 18 étudiants lors de la première École d’été SCINT, qui s’est tenue du 14 au 17 septembre et qui a réuni 56 participants (dont plusieurs personnes issues de l’industrie), se félicite Etiennette Auffray. Les étudiants ont ainsi pu acquérir de précieuses connaissances sur les mécanismes de scintillation et sur les détecteurs à scintillation, avant le coup d’envoi de la conférence, qui a remporté un franc succès ! »

_______________________

Pour en savoir plus sur Crystal Clear, lisez l’article (en anglais) paru dans le CERN Courier à l’occasion des 25 ans de la collaboration.